Musicalité, poésie, fluidité, constituent les ingrédients de son univers marqué par un surréalisme teinté d’ironie.
«  Son écriture est très rigoureuse mais très personnelle (…) La danse y est fluide, sobre, enjôleuse et pudique. Virulente parfois dans la confrontation avec les énergies des autres, les résistances des appuis au sol, les bascules du poids du corps. Tout ce qui fait la base d’échange avec les flux, les masses, les densités du  corps, les matières (…). »
Polystyrène – janvier 08

Après une formation en danse Classique, Jazz, Contemporaine, Claquettes et en Théâtre, Catherine Dreyfus s’oriente vers la danse contemporaine. De sa formation particulière auprès d’Odile Duboc naissent les fondements de son travail d’interprète.
À l’âge de 20 ans, elle débute son parcours en France et à l’étranger. Elle danse pour Odile Duboc « La Pierre et les Songes » reprises de « Insurrection, L’Ordre Etabli» et « Rhapsody in Blue » ainsi que divers évènements d’Improvisation, Simone Sandroni – Cie Déjà Donné « In Bella Copia » « Arias Spinta », Nathalie Pernette reprise de « La Maison », Alain Imbert, Micha Purucker, Sosana Marcelino, Les Filles D’Aplomb, la Cie Crescendo…
Nourrie par ces rencontres et attirée rapidement par la chorégraphie, elle développe parallèlement à ses tournées son propre travail, avec la création en 2000 de sa première pièce Toit Emois, duo sur canapé-lit.
Elle poursuit par une expérience en collectif avec Les Pas Nommés au sein duquel elle obtient un financement du Fond Social Européen pour travailler avec des publics en exclusion et avec lequel elle développe un second projet chorégraphique Lieu Commun? qui connait un beau retour public et professionnel.

A partir de 2008 elle développe son propre travail au sein de la compagnie ACT2 et prolonge ainsi l’affirmation de sa personnalité artistique et de sa quête esthétique. Elle articule sa démarche de création à travers la notion d’itinérance. De la phase embryonnaire à l’aboutissement d’une œuvre, l’évolution du travail est dynamisée par les rencontres. L’échange est un axe privilégié de ce processus. Elle nourrit sa recherche par la confrontation de son travail avec d’autres artistes et différents publics (amateurs et professionnels).

Catherine Dreyfus aime confronter le corps aux matières physiques. Le travail scénographique est primordial dans son univers. Le décor est considéré comme un interprète, un partenaire essentiel au service de la danse.

La danse est le support qui lui permet de transmettre une idée, une réflexion, une émotion. Elle induit, suggère, accompagne le public dans un voyage sensible. Elle permet d’exposer un point de vue organique des choses, tout en laissant toujours libre cours à l’imagination, à l’interprétation du spectateur. Enfin elle lui permet de continuer à questionner, observer et donner à voir le monde qui nous entoure.

pour lire l’interview complète de Catherine Dreyfus dans Polystyrène cliquer sur l’image ci-dessous

télécharger l'interview dans POLYSTIRENEtélécharger l'interview complète dans POLYSTIRENE

télécharger l'interview complète dans POLYSTIRENEtélécharger l'interview complète dans POLYSTIRENEtélécharger l'interview dans POLYSTIRENE

Présentation Catherine Dreyfus / La Minute du spectateur / La Maison de la Danse from Catherine Dreyfus on Vimeo.